Yamen_Manai_2.png

Yamen Manaï

Né en 1980 à Tunis, Yamen Manai vit à Paris. Ingénieur, il travaille sur les nouvelles technologies de l’information. Il est l’auteur de quatre romans, primés et traduits dans plusieurs langues, parus chez Elyzad : La Marche de l’incertitude (2010), La Sérénade d’Ibrahim Santos (2011), L’Amas ardent (2017) récipiendaire de huit prix littéraires dont le Prix des Cinq continents de la francophonie, et Bel Abîme paru à la rentrée littéraire de 2021.

"Prix Texto" 2022 (universitaire), pour Bel Abîme (peut-être un autre; je te dis).
Prix Micheline attribués par deux librairies "Au saut du Livre" (Joigny) et "Obliques"(Auxerre).

Cover Libro - Bel Abîme PRESSE.jpg

Le livre

Bel abîme

 

En un monologue fiévreux et haletant, un jeune homme s’adresse tour à tour à son avocat et à un expert psychiatrique venus lui rendre visite en prison.
Avec une ironie mordante et sans la moindre déférence, le narrateur prend vivement à partie ses interlocuteurs. Les charges qui pèsent contre lui sont sérieuses, mais le jeune homme affirme ne rien regretter. Se dévoilent les raisons qui l’ont poussé à la colère et au crime : un père froid qui l’a toujours humilié, ignoré ; une société gouvernée par les apparences et l’omniprésente religion ; la domination sans partage des plus forts sur les plus faibles ; la pauvreté, la saleté, le mépris des animaux et de l’environnement. Heureusement, il a Bella, le chien qu’il a recueilli tout petit, contre le gré de ses parents. Ensemble ils ont grandi, se sont protégés mutuellement et sont devenus forts. Entre eux, un amour inconditionnel. Mais dans ce pays, le gouvernement ordonne de
tuer les chiens « pour que la rage ne se propage pas dans le peuple ». Pourtant la rage est déjà là. Alors quand Bella a été tuée, il a bien fallu la venger.

Yamen Manai nous conte avec fougue le cruel éveil au monde d’un adolescent révolté par les injustices et la violence d’une société envers ses propres enfants.


La marche de l'incertitude

Comment le hasard a-t-il choisi l’univers rigoureux des mathématiques pour réunir ceux qu’il a séparés onze ans auparavant à cause d’un œuf ? Comment un ouvrier sourd a-t-il fait pour aider une mère à retrouver son enfant qu’elle pensait perdu à jamais ? Et qu’est venu faire ce chat de Sidi Bou Saïd dans tout ça ?
Dans son roman, Yamen Manai mêle ce qu’on est spontanément tenté de séparer : science et folklore, rêve et réalité, Nord et Sud… Dans ce monde aussi riche en paramètres qu’en particules qui le composent, peu importe l’univers dans lequel on avance, notre marche est toujours celle de l’incertitude.
 
La marche de l’incertitude a reçu à Tunis le Prix Comar d’Or, en France le Prix des lycéens Coup de cœur de Coup de Soleil, région Languedoc-Roussillon.